logo.jpg


Quelques figures
du Comité directeur
de la chorale




michel.jpg
Michel Mampouya
Secrétaire général



yalonga.jpg
Godefroy Malonga
Secrétaire général adjoint



lucie.jpg
Mme Lucie Balembogata
Commissaire aux comptes



yagaby.jpg
Mme Mbemba Gabrielle
Chargée de la discipline



tatabede.jpg
Jean-Bède Malonga
Trésorier général


Christian Mahoukou
La fidélité n'est pas un vain mot…

Christian Mahoukou intègre la chorale Tanga-ni-Tanga à l'âge de 11 ans et il accompagne sa première messe à 12 ans. Entre temps, il entre au petit séminaire de M'bamou. Là, sous le tutorat de Hervé Ngoma Tsé-Tsé, il enrichit sa scolarité d'une solide culture musicale, particulièrement instrumentale, à l'harmonium puis à l'orgue.
A ses heures perdues, il se nourrit de musique "classique" et surtout de Negro Spirituals, de R & B et de la Soul qu'il découvre avec les célèbres voix américaines de Mahalia Jackson, Aretha Franklin, Stevie Wonder entre autres… Sa passion pour la composition musicale l'amène à étudier l'harmonie et la composition à travers le Jazz dont il affectionne particulièrement l'écriture. Au cours des nombreux voyages à travers le monde avec l'orchestre-ballet "Les ANGES", il découvre comment des artistes puisent dans leur culture et s'en inspirent pour créer et recréer, y compris dans les formes les plus modernes.
Curieux-né, il se documente et dissèque les partitions de grands compositeurs et arrangeurs américains dont Quincy Jones; il pousse sa soif de connaître jusqu'à croiser et superposer ou mêler des thèmes modernes avec ceux de quelques grands maîtres allemands et russes. Il est littéralement fasciné par tant de talent, de génie et d'ingénuosité dans la maîtrise de cet art qui s'invente à l'infini, y compris sous ses formes les plus élémentaires, les plus dépouillées, mais non moins puissantes. Notre folklore africain en est une preuve vivante.
Son perfectionnement en analyse et composition musicales dans deux grandes Ecoles de Paris, et surtout la rencontre et le travail personnalisé avec un lauréat de Berkeley Music School lui donnent de solides bases pour la création et la composition musicales. Pourtant, c'est John Littleton (dont il ré-arrange et ré-adapte le répertoire pour Tanga-ni-Tanga dès 1972) qui lui donne les clés d'une empreinte de Negro Spirituals sur la langue française. Toutes les créations musicales de Christian Mahoukou sont donc habitées par toutes ces influences qu'il essaie de relier aux sources africaines.
Depuis 1966, aux côtés de Bruno Bacongo “son papa du quartier“ - ils étaient voisins - puis après le décès de ce dernier, avec toute l'équipe technique et tous les choristes, il consacre son activité artistique à Tanga-ni-Tanga dont il réserve l'exclusivité de ses créations liturgiques depuis la France où il réside depuis bientôt une trentaine d'années.

cricri.jpg


Nous avions de l'intuition, mais il a fallu convaincre
le conseil paroissial et s'entourer de soutiens efficaces
pour faire aboutir la formidable messe de 11h.
 

Lorsqu'en 1973, avec le soutien de quelques amis, il persuade Bruno Bacongo de la nécessité d'instaurer une messe en français après celle de 10h00, celui-ci en fait un fécond plaidoyer auprès de l'équipe sacerdotale et du Conseil paroissial.
Cet office fut à la fois un moment de très grande visibilité de la parole chrétienne et aussi un rendez-vous culturel et artistique permanent pour la chorale, une sorte de challenge hebdomadaire. Il nous plaît donc de constater aujourd'hui qu'il l'est toujours, et de plus en plus.
Le répertoire de Tanga-ni-Tanga, par richesse, sa diversité et son originalité, est la référence pour toutes les chorales du Congo. Non seulement Tanga-ni-Tanga réconcilie sans cesse tradition et modernité, mais surtout elle est en perpétuel renouvellement, gage de son épanouissement : une véritable règle organique pour sa survie...




 Attention : cette rubrique contient 6 pages : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6


jnj_tata_aime.jpg

Le mot de Tata Aimé
Curé de la paroisse

 Lire l'article
ou visionner le reportage























© Toutes les rubriques renseignées par Christian Mahoukou — Tous droits réservés