logo.jpg



    S'il est une paroisse à Brazzaville qui draine à ses offices dominicaux les fidèles de tous horizons ou de simples curieux par son attractivité et son dynamisme, c'est bien celle de Saint Pierre-Claver. Et ce, à plus d'un titre : une pastorale vivante et participative, à travers les groupes d'action chrétienne, les "mabundu".

    De toutes ces unités de vie et de témoignage chrétien, la “Schola populaire“ représente une particularité de l'église du Congo, fruit du génie de l'abbé Barthélémy Batantu à l'époque, en ce qu'il a su très tôt enraciner au cœur des populations de base souvent peu scolarisées le chant liturgique populaire. Cependant, il est un groupe qui tient une place de choix dans cette paroisse, tant sa renommée a conquis tout le pays, toute l'Afrique centrale et bien au-delà : la chorale Tanga-ni-Tanga


    Et naturellement, avec le témoignage de ceux qui, à l'origine, en ont instruit et porté le projet architectural, nous relaterons l'histoire la construction de cette superbe église de Saint Pierre-Claver, l'une des architectures les plus audacieuses en Afrique.



   
La vitalité des "mabundu",
signe d'une foi active et partagée



zoungoula2.jpg



nds2ba

Ci-dessus : la fraternité Notre-Dame du Souffrage en réunion de prière.
_______________________________________

Ci-contre : des sœurs de la fraternité Zoungoula en procession d'offrandes à l'occasion de leur messe danniversaire.



La construction de l'église
de Saint Pierre-Claver : un sacré challenge
architectural !

spc_construction_401b.jpg

Le Frère Jean-Marc Lachaume devant le premier mur de béton armé sorti de terre et l'amas de ferraille quelques jours seulement après l'ouverture du chantier.




" La construction de l'église a été
un véritable challenge en même temps qu'une volonté de bâtir un édifice imposant et original.
Nous savions, dès la première pierre posée, que nous ne pouvions plus reculer.
Nous étions conscients des difficultés à surmonter. mais un réel enthousiasme collectif
nous a animés pendant toute la durée des travaux.
Nous étions fiers de l'œuvre qui se précisait sous nos yeux.
A la fin des travaux, l'église ressemblait à un Boeing 747 prêt à prendre son envol.
Cette architecture nous a donné des ailes à nous et à la postérité…"

 
(RP. Rolland Dionne, propos retranscrits par CM ).

Attention : cette rubrique contient 5 pages    1 | 2 | 3 | 4 | 5


jnj_tata_aime.jpg

Le mot de Tata Aimé
Curé de la paroisse

 Lire l'article
ou visionner le reportage


Visitez le blog personnel de Christian Mahoukou
 Qui sommes-nous ? |
Contact


© Toutes les rubriques renseignées par Christian Mahoukou — Tous droits réservés